Une inspiration inattendue

Le projet d’écriture sur lequel je travaille actuellement se déroule à Sumer. Ce n’est pas la période de l’histoire la plus facile ! Nous avons assez peu de témoignages archéologiques étant donné l’ancienneté de cette civilisation. Aurais-je le goût de la difficulté ? Pas spécialement. Est-ce que l’histoire est une matière que j’affectionne ? Assez, en effet. Romans ou essais, j’aime lire des ouvrages historiques. Mais quitte à se lancer dans une première fiction historique, j’aurais pu choisir une époque mieux documentée pour me simplifier la tâche. Alors pourquoi Sumer ?

Parce que, aussi incongru que cela paraisse, je l’ai visitée. Non, je ne suis pas allée prêter main-forte sur un chantier archéologique ; et je le regrette ! J’aurais sûrement adoré l’expérience. Je me suis souvenue d’elle, de ma vie en ces temps reculés. Comment est-ce possible ? Comment peut-on se remémorer une autre vie, si lointaine qui plus est ? Suis-je en train de dire que la réincarnation existe ? Absolument, c’est ce que je dis, ce que mon expérience me fait dire.

Le premier contact avec une autre de mes vies, stricto sensu, s’est fait involontairement. J’avais environ vingt-cinq ans. Je me suis retrouvée dans un autre corps, ma conscience s’est installée ailleurs dans le temps, a littéralement changé de corps. Cette aventure déroutante m’a profondément bouleversé, aussi ai-je tenté de mettre par-dessus le saut du déni – qui n’a pas tenu bien longtemps- puis celui de l’occultation qui a mieux fait son travail. Seulement, voilà, on n’échappe pas aux rendez-vous prévus par son âme si facilement !

Des années plus tard, mon métier m’a ramené à l’exploration des vies antérieures. Qu’on les considère comme une vie vécue par notre âme, comme celle d’un de nos ancêtres inscrite dans notre ADN ou comme un conte délivré à propos par notre inconscient, il est indéniable que cette exploration est accessible sous hypnose. Contrairement à ce que dit l’adage, les cordonniers ne sont pas toujours les plus mal chaussés. Aussi m’arrive-t-il d’avoir recours à la compétence de mes collègues pour bénéficier d’un soin. Ce fut le cas cet été, au sortir d’une opération qui m’avait laissée affaiblie. Une amie et praticienne en hypnose elle aussi m’a proposé une session d’hypnose quantique pour me requinquer, ce que j’ai accepté avec joie. Cette fois-ci, l’expérience m’a amené loin, très loin dans le temps, à une époque dont je ne connaissais rien : Sumer – 3000 à 5000 avant notre ère. Troublée, j’ai voulu dès le lendemain vérifier certains détails remémorés la veille, comme le fait que la région était gouvernée par des cités administratives, des “cités-états” sans se constituer en pays comme on peut le concevoir aujourd’hui. Quel ne fut pas mon étonnement de constater au fil de mes recherches que c’était effectivement le cas !

Ma curiosité était éveillée et n’a cessé de grandir depuis. Ainsi est né le désir de raconter ces fragments de vie retrouvés à Sumer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *